Bon, amies tricoteuses, je m´excuse par avance pour les propos qui vont suivre, je suis une novice (tant en blog qu´en tricot)

Certaines parmi vous connaissent déjà le livre Tricoter Tajarutit, mitaines du Groenland. Je suis assez fière d´avoir contribué, à ma façon et à hauteur de mes capacités, à la réalisation de ce petit livre. Que je vous raconte l´aventure des mitaines du Groenland.

À la recherche d´un boulot et sous le coup d´une expulsion du Groenland à l´approche de mon anniversaire (19 avril en passant), j´étais totalement au fond du gouffre. Imaginez un peu, se faire expulser du Groenland, une chose pareille ne pouvait arriver qu´à moi (je vous donnerai peut être :-) les détails de l expulsion dans un autre post). Donc pour pouvoir rester au Groenland, il me fallait de toute urgence un boulot mais ne parlant pas danois ou groenlandais mes chances de trouver du boulot avoisiner le niveau zéro. C´est là que rentre dans ma vie le tricot et les Tajarutit mitaines du Groenland, d´une façon bien inattendue je dois dire.

Donc un matin d´angoisse (plus que 5 ou 6 jours avant mon expulsion), Lis Stender me contacte et me propose un travail. Nous nous connaissions déjà très bien (je suis la belle mère de 2 de ses enfants), elle connaissait la situation (expulsion, le boulot sauvetage etc), elle venait d´écrire ce petit livre et voulait savoir si cela pouvait intéresser des tricoteuses francophone potentielles. Donc je saute sur l´occasion, on en parle, on parle de ce que je pouvais faire pour eux et voila c´était fait j´avais du boulot, traduite le livre des Tajarutit dans un premier temps. Donc hourra je pense que mes problèmes d´immigration sont terminés (que je peux être naïve ! ) et que ca va être un jeu d´enfant.

Pleine d´enthousiasme je me lance une fois de plus dans l´aventure sans réfléchir et la tête la première.  Et là un gros hic ! La traduction en elle même ne me posais pas de problème, je pouvais le faire, sauf que là ben y a un soucis et un gros. je ne connaissais absolument RIEN au tricot ! je n´avais jamais vu des aiguilles de ma vie, l´art de la laine était pour moi un véritable mystère et les jeux d´aiguilles une énigme. Passé le 1er moment de panique, je m´y mets. Merci Internet  (quelques rencontres sympa comme Rachel du Chili)! Je passe des journées entières à faire des recherches, j´imprime des centaines de fiches explicatives (je m´excuse pour tout le papier utilisé afin de combler mon ignorance crasse en matière de tricot). Au début c´était du chinois, non pire ! Parce que là je passais d´une version anglaise que je devais améliorer à une version française que je devais créer. La langue de Sheakspear a ses particularités même en matière de tricot, un autre langage, d´autres tailles d´aiguilles, tailles de perles, abréviations etc. C´est comme essayer de traduire du chinois en utilisant du coréen par exemple.

Je rentrais chez moi épuisée par mes lectures et mes recherches amenant même du "boulot" à la maison (ce qui rendait grincheux mon homme). Et puis je ne sais trop comment, le tricot est devenu moins énigmatique et le vocabulaire moins "chinesque" ou "chinoisesque" (aucun des deux mot n´existe mais comme c´est mon blog j´invente des mots quand je veux :-) ). Donc peu à peu j´ai accumulé un tas d´infos sur le tricot sans avoir jamais touché d´aiguilles. Mais quelle honte tout de même, penser à traduire un livre sur le tricot sans avoir jamais tricoté de sa vie. C´est avec cette conclusion que mon amie Ida s´est décidée à me donner quelques cours. Elle s´y était mise 2 semaines avant (sa maman a fait une école de Tricot au Danemark pendant 5 ans et venait de passer 2 semaines à lui apprendre les ficelles du métier) elle avait déjà fait son 1 er pull. Quelle rigolade, quel désastre. Elle était pourtant pleine de bonne volonté, on a fait le tour de la boutique de laine, décidé de la taille des aiguilles, de la couleur de laine et on est allée s´installer dans un café qui fait de très bons chocolat chaud.

1ere lecon un simple échantillon pour se familiariser avec les points. Les jeunes ados présentent ce jour là ont bien rigolé je vous le dit. Ici le tricot ca vient tout seul dès le plus jeune âge. Mais MOI, et ben j´ai 2 mains gauches, du (mauvais ????) caractère et aucune patience. Ah c´était pittoresque. Heureusement personne ne comprenait le français je jurais comme un charretier. Ida découragée a laissé tomber ... pour y revenir quelques jours plus tard. Moi je continuais mes tentatives (infructueuses) de tricoter quelque chose. Une fois le point mousse difficilement maitrisé, je me suis attaquée à la traduction du livre (il n´y avait que le point mousse d´utilisé donc mes faibles connaissances allaient suffire pour un temps). Donc voila j´avais un super boulot, je bossais sur un projet excitant et je me découvrais une envie de tricot, d´écharpes, de mitaines, de tajarutits et de bien d´autres choses. Je m´y suis donc mise, me voici donc parmi les rangs de tricoteuses du monde entier et je suis fière d´en faire parti. Quelle aventure !

Je vous prépare quelques photos de mes tentatives histoire d´en faire frémir plus d´une :-) dans un tout prochain post.

Donc, une fois la traduction faite, j´ai demandé si c´était possible de changer de mise en page et la couverture. Nous voilà donc en repérage Lis Stender et moi pour faire des photos de la nouvelle couverture. Je voulais quelque chose qui fasse "Groenland" (un paysage), elle a eu l´idée des mains portant les Tajarutit. I Du côté de chez moi il y a une vue sublime, un petit lac au bord du fjord, le fjord et en fond Sermitsiaq (la montagne en couverture). On a trouvé la bonne vue et avant d´engager un modèle "mains" Lis voulait faire des essais avec mes mains (histoire d´avoir une idée du résultat final). On a fait simplement 2 photos, il faisait beaucoup trop froid, j´avais du enlever ma veste pour les photos. On rentre et Lis a un coup de coeur pour la photo qui est en couverture. Elle oublie l´idée d´engager un modèle et retient donc le "brouillon" avec mes mains.


Voila la couverture originale

Couverture

Ici c´est la nouvelle photo pour la couverture

Photo_Couverture_Tajarutit

Et là c´est la couverture terminée (Zut c´est en pdf)

Front_FR

L´idée des mains lui plait et elle change dans le livre

Cette photo

Tajarutit_picture

Pour celle là (ce sont mes mains p.15 et p.20, celle de Lis p. 19, sa fille Ivalu p. 21 et p. 17 et son fils Inuk p. 15 et p. 17)
13